• 639 visits
  • 14 articles
  • 960 hearts
  • 19 comments

06/03/2014

BLOG DE SOUTIENT A L'ECRIVAIN LUCIUS LIBER 21/06/2010

BLOG DE SOUTIENT A L'ECRIVAIN LUCIUS LIBER
SOUTENEZ L'ECRIVAIN LUCIUS LIBER ET METTEZ-VOUS EN AMIS SUR SON BLOG PRINCIPAL PUIS PLACEZ CE MESSAGE DANS LE VOTRE
cliquez ici : http://romanlucius.skyrock.mobi/
 

Mauvaise nouvelle : Mon blog luciusroman n'est plus valable. J'ai été pirate et le blog a été totalement modifie a mon grand desarroi. Cinq ans de travails mis a la poubelle. Je creerais donc un nouveau blog a cette adresse :

 Je ne sais pas qui est cette jeune brune mais je vous invite a ne plus la suivre et a lui dire ce que j'en pense... Vous voyez...
 


LES LIVRES MAUDITS
 
BLOG DE SOUTIENT A L'ECRIVAIN LUCIUS LIBER

 

Le testament d'Ennéké 01/09/2009

PROLOGUE
 

Ces papyrus furent trouvés par Walter Wallace, mon grand-père, en Egypte en 1924, dans la fouille des ruines du temple de Telleb qui  dura de 1926 à 1937. Ces fouilles l'intéressèrent grandement mais elles furent interrompues par les authorités Anglaises qui céssèrent le financement de la mission Egyptologique et se mirent alors à plutôt miser leur argent dans les domaines militaires. Il les trouva sur un cadavre frais qu'il vit se décomposer sous ses yeux et à une vitesse anormale. Les ouvriers du chantier qui assistèrent à la scène eurent très peur et se mirent aussitôt à crier à la malédiction.
 
ELISA-MARIE WALLACE 1973
 
Ceci est la chose la plus étrange qu'il put arriver à un être humain. Depuis quelques temps déja, j'avais noté toute une série d'évènements étranges. Je pris donc soin d'écrire tout ceci sur quelques papyrus que je maintenait cachés. En voici l'histoire : Je ne sais ce qui me réveilla ce soir là. Je relevais brusquement la tête comme si j'avais été surpris par quelqu'un en plein rêve mais ce ne fut pas le cas. Installé dans mon petit bureau  au sous-sol de la grande bibliothèque de Telleb au temple de Karanak, je n'avais vu passer ni l'heure ni le temps qui suivit et je m'étais bien curieusement laissé assoupir. Autour de moi, la petite pièce était plongée dans la pénombre car la toorchhe commennçait à faiblir.  Personne ne m'avait donc cherché pour régler quelques problèmes. Tout de même, je me nomme Râmenhetep et je suis depuis quelques mois le nouveau conservateur de la grande bibliothèque. Mon prédécesseur se nommait Maneteb. Je le connaissais depuis longtemps et j'étais même devenu son second. Mais un jour son attitude changea. Il devint plus austère, mystérieux... Il n'était plus le même. Il semblait agir d'une façon fort curieuse.  Il semblait être devenu secret. Son regard avait changé. Il avait pris une allure livide et taciturne. Il y à six mois de cela, je l'ai trouvé, un matin, titubant, errant sanns but et complètement fou non loin de la pièce interdite. Pièce dont la porte fermée est décorée d'un écusson métallique où est gravé un bien étrange oiseau.

Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque 01/10/2010

 
PREFACE
 
Ce document bien étrange à été composé pendant l'antiquité par un certain Lucius Nagicanius qui était syriaque. (A ne pas confondre avec les syriens qui sont les habitants de la syrie moderne.) L'édition originale de ce manuscrit semble donc avoir été donc écrite en syriaque, une ancienne langue qui doit être aujourd'hui morte. Cette  première version fut en vogue à Babylone mais fut malheureusement perdue lors de la destruction de celle-ci jusqu'a qu'un exemplaire réapparaisse et ainsi une traduction latine fut faite à l'époque romaine et c'est cette version qui nous est parvenue. Quant au texte qui à servi à cette traduction, nul ne sait où il est : Peut-être chez un collectionneur chanceux ou tout simplement détruit. Dès les débuts du Christianisme, le pape Télesphore (125-136) mis ce livre à l'index en le déclarant comme "Hautement horrible et démoniaque." Les sbires de la croix pourchassèrent longtemps cet ouvrage et ceux qui le possédaient. Une seule peine était requise pour l'un et l'autre : Le supplice du feu. Mais certains exemplaires parvinrent à échapper aux flammes. Puis cette triste lithurgie de l'enfer tomba dans l'oubli jusqu'en 1656 ou en faisant des travaux, un habitant du sud de l'angleterre, dans le devonshire, en trouva un exemplaire sous le dallage de sa maison, alors qu'il était seul, enveloppé dans un linge noir et posé dans un coffre en bois avec de vieilles monnaies et un calice d'argent.La personne fut horrfiée par les créatures qui y sont déssinées et en garda des séquelles tout au long de sa vie. Il cacha la caisse, reboucha le trou et n'en pparla que sur le tard à son fils ainé. Celui-ci en fit le plus fidèlement  deux reproductions pour ses fils et leur demanda de les cacher en attendant des jours meilleurs. Le texte que je vous présente est une reproduction d'un des deux "cahiers" que j'ai retrouvé dans des papiers de famille...
 
 
Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque

Gloriam Elias in coelis
In nomine te adjutorio Elias in coelis
Gloriam, gloriam
 
Te consigo abominabilis et nostrum coelis sebatecum salis in terrestris. Te adjutorum nomine in sanctificatus maléfico-cornarus. Te sanctificatum Elias in coelis, arcanum et asibus. In nominé sanctus spéramibus. Qui régis démoniacus entitas. Tu autem domine susceptor tuus et gloria mea et exaltans caput tuum. Per merita demonorum sanctorum. Elias vestimenta salutis et hoc quod desidero possim perducere adeffectum.
 
 
Gloriam Eremias in coelis
In nomine te adjutorio Eremias in coelis
Gloriam, gloriam
 
Te consigo abominabilis et nostrum coelis sebatecum salis in uerrestris. Nos facti as imaginem Eremias in coelis dotati potentia et ejus facti voluntate per potentissimum et corroboratum nomen Eremias. Tu autem domine elongaveris auxillum meum a me ad defensionem meam conspice. Admirabile vos exorcizamus. Eremias et imperamus per eum qui dixit et factum est  et per omnia nomina Eremias. Venite vos omnes tales.

 
Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque
Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque






Gloriam Cryptoclidias in coelis
In nomine te adjutorio Cryptoclidias in coelis
                                                                                  Gloriam, gloriam


Te consigo abominabilis et nostrum coelis sebatecum salis in terrestris. Per nomina daemonorum Cryptoclidias gratias agere alicui. Per animalum habientam senas pro me labores et adimpleas omnem meam petitionem. Demoneus nunt misericors et puis Crytoclidias omnes qui corrunt et crigit omnes elisos. Per isto demonina et per tua attribuata da mihi fortunam et horam bonam in omnibus meis factis.
 
Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque


Gloriam Magalias in coelis
In nomine te adjutorio Magalias in coelis
Gloriam, gloriam

Te consigo abominabilis et nostrum coelis sebatecum salis in terrestris. Conjuro vos démoni fortes et potentes in nomine Magalias qui créavit terrestria magna ad distinguidem a nocte. Magalias custodiat introitum meum et exitum et ex hoc nunc et usque in soeculum. Per nomen omnium démonorum dixivientum in exercitiu primo coram terra in fero majori sacerdotis malissimi maleficorum creatori.
Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque
Les comptines infernales de Lucius Nagicanius le syriaque





Les éléxir démoniaques du comte Von Reichenberg 30/01/2012

 
PROLOGUE
 
Je ne peut vous expliquer aujour'dhui l'effroi intense que je ressent en mettant ces mots par écrit, de façon définitive. Peut-être le regretterais-je par une nuit horrible ? Peut être seront-ils un jour publiés ? Pourtant cela est dans ma nature de le rapporter. Je m'apelle Eric Dankenstorf. Je suis le régisseur des domaines du comte Von Reichenberg. Mon père et son père avant lui ont poursuivis cette glorieuse chimère de la vie. Bien sur, notre nature profonde à été façonnée par cette quête immonde de l'immortalité et de générations en générations, nous sommes devenus incapables de stopper cette soif. Nous sommes des chercheurs de souvenirs perdus dans un immense bâtiment contenant plus d'une centaine de pièces et sîrement d'autant de caches qui nous sont encore inconnues à ce jour. Précisemment, après des années et des années de recherches, mon père à découvert dans une petite alcôve secrète, ce viieil in-octavo doré à l'or fin que je tiens encore à cet instant dans mes mains. Il s'agit du tome de Savoir avec un grand "S."


Les douze chapitres maudits d'Eleazar 30/01/2012


SOMMAIRE
 
Chapitre I     LA PRESENCE DU MAL
Chapitre II    LES ORIGINES DU MAL
Chapitre III   LA CONCEPTION DU MAL
Chapitre IV   LA DECOUVERTE DU MAL
Chapitre V    LES MANIFESTATIONS DU MAL
Chapitre VI   LA COMPOSANTE DU MAL
Chapitre VII  LA FASCINATION DU MAL 
Chapitre VIII L'ORIGINALITE DU MAL
Chapitre IX    LES PRINCIPES NUMERIQUES DU MAL
Chapitre X     LE MYSTERE DU MAL
Chapitre XI    LA HIERATIQUE DU MAL
Chapitre XII   LES TREIZE DOGMES DU MAL

Le grémoire de Lilith 30/01/2012

PREFACE
 
Ce document, inédit jusqu'a ce jour, fut trouvé, par sa famille, dans la bibliothèque du collectionneur Henri Wayne, mort fou, à Salem, à l'age de 124 ans ! ( La rumeur publique dit que sa famille l'y à un peu aidé.) Il contient une description d'une centaine de plantes environ dont certainnes n'ont pas encore été identifiées correctement ainsi que deux tableaux en fin de parcours. WAYNE se maria quatre fois et il survécut à toutes ses femmes. Il eut une fois,  trois puis cinq puis, deux et encore trois enfants. Ce qui fait au total, si vous calculez bien : treize  enfants. Ceux-ci ont ont eux-même eut 35 rejetons et WAYNE avait  111 petits enfants à son décès. Aujourd'hui, c'est sa petite fille Martha WAYNE, qui gère le fond de documents WAYNE s.a. dans la bibliothèque qu'ils onbt crée. Salem est une petite ville des état-unis, près de Boston, célèbre pour son procès de sorcières et WAYNE, par son arrière-grand-mère serait un descendant du non moins célèbre pasteur Cotton Mather qui fut maudit, dit-on, de sa cellule, par Martha Cory, une des soi-disant sorcières qu'il fit condamner au gibet en 1692. On dit que tout ceci fut monté dans le seul but de récupérer un certain nombre de livres détenus par les habitants de Salem et MATHER voulait à tout prix récupérer un exemplaire de l'inqualifiable NECRONOMICON.


Les sphères noires de Mu-Ahmad 01/09/2009

Ô, pauvres fous, pauvres malheureux, ils sont venus à l'aube de l'humanité, les Malakim.Et ils ont apportés sur la petite Gaïa, leur connaissances avancées. Ils sont venus en Chaldée ou ils ont engendré Gnaphar Minha Adamah, le tout premier de la lignée royale que l'un d'entre eux eut avec un Homme. Gnaphar eu Iahovah de Lailah car de par leur nature il était homme et femme. Iahovah était une très belle femme et d'elle il eu un fils, Satar. Cette lignée fut marquée d'un sceau : une malformation due à leur double nature. Ce sceau devint leur malédiction car ils furent combattus par les spectres blanc de Pierre. Celui qui fut à Rome. Cette marque est une malformation cardiaque trahie par un nævus, une tache rouge en forme de croix qui apparaît sur le thorax et quelques fois dans le dos.

Tous droits réservés a l'auteur. Oeuvre protégée. IFS prod.

Les strophes infernales du docteur Piccadle 01/09/2009

Au revoir chers amis, nous nous en remettons à l'Abraxas et au Théogoras pour ce qu'il en est de la suite de nos aventures funestes dans ces lointains paysages aux brumes sombres et désolées. Au revoir vous dis-je. Au revoir car nous reviendrons bientôt. Peut être sur un vaisseau fantôme ou sur une chaloupe désolée de l'enfer, nul ne le sait.

Adieu tous, nous ne rencontrerons plus jamais les frasques indécents de l'humanité toute entière mais qu'importe ce qu'il adviendra de nous , de nos vies si misérables. Oui, adieu. Nous allons encore nous noyer dans le chagrin des eaux monstrueuses de l'infernal Styxas et en explorer ses rives immondes. Qui sait ce qu'il nous réserve.
 
Las, nous nous retrouverons dans cet infini absolu qu'est la décadence des sphères. Partout ou règne le KAILAS, nous irons loin dans des mondes abscons. Las, mais résolus nous voyagerons dans toutes ces contrées insolites ou seuls quelques fous comme nous ne peuvent avoir envie d'aller peut-être pour un instant, peut-être pour la vie ou pour toujours.
 
Oui, nous nous devons de descendre mmaintenant dans ces lieux où nos ames ne peuvent être calcinées par le feu noir des ténèbres.  Rendus en bas, nous voyagerons sous la coupe de la lumière bleue de METATRON. Nous devrons nous habiller chaudement car dans ces lieux infâmes, nos corps commencerons à geler par les orteils et les pieds tout comme les montagnes de la terre.
 
Mais quoi, que garderons nous de ce voyage obscur et de ces êtres si étranges que sont les FIASANS, avec leurs longues queues et lleurs cornes indécentes. Mais quoi, que sont ces êtres qui paissent le long de ce fleuve étincelant d'une rougeur sanguine et d'une odeur plaquettaire de pus infâme. Ils nous ont vu, nous le savons et nous laissent passer.
 
Ce fleuve est le Styxas, source exécrable consacrée à la haine. Il serpente le long de la partie Ouest des enfers. Ce monde d'en bas n'a que quatre fleuves qui ne se rencontrent jamais. Partout, le long du fleuve paissent des animmaux, les BASLICAN, les SHAKHRAN mais à l'intérieur des fleuves gigantesques LEVIATHAN qu'il vaut mieux éviter.

Tous droits réservés a l'auteur. Oeuvre protégée. IFS prod.

Le traité des pierres démoniaques de l'abbé Gulch 30/01/2012

PROLOGUE
 
Ce document, "Le traité des pierres démoniaques" malheureusement retrouvé très altéré et incomplet est tout ce qui reste de l'oeuvre du célèbre  Abbé Gulch. De son vrai nom, John Edward Forceister né le 18 Février 1724 à Exeter dans le sud-ouest de l'Angleterre. Il se fit appeler Gulch après sa mort survenue en 1803 à l'endroit du même nom qui était une ancienne petite localité surplombant une falaise, sur l'île de Wight, au sud de Newport. Il s'étaut réfugié ici, loin des mondanités ou des turpitudes de la vie. Il y avait, a cet endroit là, quelques maisons et une vieille église en ruine. Gulch dilapida toute sa fortune pour la racheter, la faire réparer, y faire construire un grand presbytère, un cloître avec des jardins à la Française ainsi qu'une centaine de chambres. Ordonné prêtre en 1748,  ne tarda donc pas après tous ses travaux de fonder son propre ordre, sans le consentement de l'église Anglicane, bien sur !  Il fascina vite les habitants du hameau qu'il enrolà aussi vite. Il s'autoproclama "Père supérieur." Deux personnes furent nommées diacres et trois autres pasteurs. Il y avait cinq femmes et treize enfants. Il rétablit la plygamie et mit les cinq femmes en ceinte. Puis, à partir de cela tout dégénéra un peu dans la nouvelle communauté...
 
Tous droits réservés a l'auteur. Oeuvre protégée. IFS prod.